LA VIE EN STAGE : LES TÉMOIGNAGES

Promotion 2017-2018

Nos apprenants de la promotion 2017 / 2018 de la FCIL-AQUITAPRO vous parlent de leur mobilité européenne, de leur stage de 6 mois dans un autre pays d’Europe et de leur vie en mobilité.

Amélie – stage à Dublin, Irlande

Bac Pro Photographie, lycée des Métiers d’Orthez – Stage dans la photographie

Amélie, 19 ans, vous présente, en vidéo, la vie en Irlande pendant son stage de 6 mois avec la FCIL-AQUITAPRO. Cette élève issue d’un baccalauréat professionnel Photographie y évoque la mobilité européenne et comment elle s’est adaptée à la vie irlandaise.

Laure – stage à Madrid, Espagne

Bac Pro Boulangerie Pâtisserie, lycée Biarritz Atlantique – Stage dans la pâtisserie

Je suis partie 6 mois en Espagne, à Madrid, et ce fut une expérience enrichissante.

Madrid est une ville qui ne dort jamais. L’architecture, la culture sont merveilleuses… Je suis littéralement tombée amoureuse de cette ville. Il y a toujours quelques chose à découvrir et à faire.
Cette ville me paraît parfaite pour les jeunes adultes qui veulent connaître l’ambiance d’une capitale. La vie la bas est sereine, les personnes sont à ton écoute et t’aident, si besoin.
Ce que j’ai beaucoup apprécié dans cette ville, c’est le brassage culturel : nous pouvons rencontrer des personnes qui viennent de partout dans le monde.

En ce qui concerne mon stage, j’étais dans l’une des pâtisseries les plus connues à Madrid. C’est une grande entreprise qui compte 8 points de vente.
Durant mon stage, j’étais en charge de confectionner les pâtisseries. Le laboratoire est immense et compte une vingtaine de salariés. Mon entreprise accueillait énormément de stagiaires espagnols et d’Amérique Latine. Grâce à cela, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes merveilleuses avec une culture différente de la nôtre.
Cette entreprise m’a apporté énormément de connaissances professionnelles et des liens d’amitiés inexplicables. Grâce à elle, j’ai gagné en confiance en moi professionnellement.

Je ne peux décrire tout ce que ce stage m’a apporté.
Je me sens changée, grandie.
Cette expérience Erasmus m’a apporté tellement : j’ai appris à vivre seule, j’ai appris de moi même. Mon niveau d’espagnol a considérablement évolué, je me sens en confiance maintenant quand j’échange avec des amis.

Ça a été 6 mois extraordinaires. Bien sûr, j’ai eu des moments difficiles : les premiers mois ont été compliqués… L’adaptation dans une ville, une autre culture, être loin de chez soi. Cela n’est pas facile, mais cela nous apprend à nous débrouiller seuls et nous fait grandir !
Je recommande cette expérience à chaque jeune qui souhaite vivre une expérience inoubliable.

Je suis allée au Mexique pendant 3 semaines, chez un ami rencontré durant mon stage. Je me suis baignée dans la culture mexicaine avec sa famille. Ce fut une expérience extraordinaire.
Et, maintenant, je me suis installée à Madrid pour un an, car je suis tombée amoureuse de cette ville et de cette culture.
Je tiens à remercier le projet FCIL-AQUITAPRO pour tout ce qu’il m’a apporté !

Morgane- stage en Espagne

BTS Tourisme, lycée Condorcet Arcachon – Stage dans le tourisme

Mon expérience à Tarifa se déroule à merveille, beaucoup de paysages paradisiaques, de rencontres, de sorties et de chansons.
Oui, ici les « tarifeños » claquent des mains à toutes occasions, sur un rythme andalou qui vous rentre dans la tête pour toute la soirée !

Le travail est intéressant et les collègues absolument géniales ! Je fais beaucoup d’accueil et, depuis quelques semaines, je prends de plus en plus d’assurance (sous les conseils d’une de mes collègues), ce qui a porté ses fruits puisque désormais, j’ai les clés de l’Office pour effectuer les ouvertures et/ou fermetures. Cette preuve de confiance m’a boosté à nouveau et je suis encore plus motivée pour aller au travail !

La langue commence à bien rentrer également, je peux écouter attentivement sans faire répéter 3 fois la même chose à mon interlocuteur, ce qui est une petite victoire personnelle !

Je ne peux pas vous faire part de mon expérience sans vous parler de ma coloc…
Inma m´a accueillie à la station de bus de Tarifa le jour de mon arrivée ; elle s´est emparée d´une de mes valises et notre amitié a décollé ! Elle m´a présenté ses ami(e)s, son lieu de travail et continue de m´emmener dans ses bars et restaurants favoris. Nous partageons beaucoup et nous tissons de réels liens depuis mon arrivée… je suis très reconnaissante pour tous ces moments que nous vivons !

Bref, vous l´aurez compris, mon aventure en Espagne se passe très bien et je vous encourage à partir ! Découvrir de nouveaux horizons en sortant de notre zone de confort… c´est angoissant, certes, mais c´est une sensation unique que de découvrir qu´on peut être chez soi partout !

 

Andreia – stage à Dublin, Irlande

Mention complémentaire Coiffure, lycée Aïzpurdi – Stage dans la coiffure

La première fois que je suis partie à Cork, en Irlande, c’était en 2016, pour un stage d’un mois dans un salon de coiffure. Ça s’est super bien passé. Tellement bien que je suis repartie un mois là-bas début 2017. Quand, quelques mois après mon retour, on m’a dit que je pouvais faire un stage de six mois à l’étranger, j’en ai tout de suite parlé avec ma patronne d’Irlande pour savoir si elle pouvait à nouveau m’accueillir. Elle n’a pas hésité une seule seconde à me dire oui, elle avait même hâte de me retrouver.

Durant ces six mois dans ce salon, j’ai vécu des moments calmes, comme des moments de folie. Avec les fêtes de Noël, le salon était plein à craquer ! On était une équipe de douze personnes (j’étais la seule stagiaire et la seule étrangère) et nos plannings étaient surbookés. Mais si quelque chose n’allait pas, on prenait le temps de s’asseoir et de parler tous ensemble, j’ai pu voir ce qu’était un vrai esprit d’équipe.

Comme c’était ma troisième fois là-bas, je savais déjà comment les différents coiffeurs et apprentis étaient, leur tempérament, leurs petites habitudes. La relation avec ma patronne s’est encore plus développée. J’ai commencé à prendre soin d’elle comme si j’étais sa mère. Vu que le salon venait d’être considéré comme le meilleur salon d’Irlande pour la deuxième année consécutive, la patronne avait de plus en plus de travail et elle n’avait jamais le temps de manger ou de boire quelque chose. Un jour, j’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai engueulée en lui disant qu’elle devait manger, sinon un jour, on la retrouverait par terre. Tous les jours, je prenais des sous dans la caisse et j’allais lui acheter de quoi manger et de quoi boire. Dès que j’arrivais au salon avec tout ça, je lui disais de remonter et de manger, même si cela n’était que pendant cinq petites minutes. Aujourd’hui, je sais qu’elle prend toujours un petit temps de pause pour manger et boire quelque chose. Et ça me fait plaisir.

En Irlande, l’enseignement de la coiffure est différent du nôtre. En France, on apprend à tout faire dès nos premières années : des coupes, des brushings, des couleurs… En Irlande, les apprentis passent plusieurs années à se perfectionner en faisant la même chose. Il leurs faut quatre ans, voire plus, pour passer d’apprenti à coiffeur. Sur place, j’ai pu m’exercer à de nombreuses techniques qu’en France on n’utilise pas forcément beaucoup : les coupes très courtes et les crânes rasés, l’utilisation de couleurs dont, en France, on ne se sert pas énormément, comme le vert, l’orange ou le bleu. Une autre culture !

Parfois, la patronne organisait des trainings pendant une journée ou une soirée pour nous montrer ce qu’elle apprenait lorsqu’elle partait à des conférence de coiffure. Ce stage m’a permis de grandir, car j’ai pu voir que même avec le rush et les difficultés, je pouvais, avec l’aide de tout le monde, faire face au pire. Ce stage m’a aussi fait comprendre qu’il faut se battre pour être quelqu’un dans la vie, même si ça exige qu’on soit éloigné de sa famille. Seule sur place, j’ai dû apprendre à gérer les choses « d’adultes » comme par exemple un budget. (…) Aujourd’hui, j’ai l’impression de beaucoup mieux me gérer grâce aux tableaux que j’ai commencé à faire là-bas pour m’organiser.

Je me suis sentie comme une vraie Irlandaise

Six mois dans une vie, on peut se dire que c’est rien, mais au début, j’ai eu peur de la solitude, que ma famille me manque. Au fur et à mesure, je me suis adaptée. Au bout d’un certain temps, j’avais même l’impression de connaître la ville par cœur, avec mes endroits préférés comme le pub Oliver Plunkett (un pub traditionnel irlandais). J’adorais aller la-bas, il y avait toujours une très bonne ambiance, avec de la musique traditionnelle. Il y avait même des danseurs qui faisaient des danses typiques du pays, et la nourriture (poulet pané, fish & chips…) était tout simplement savoureuse, aussi croustillante que tendre. J’ai aussi adoré découvrir le village de Cobh, où se trouve le Musée du Titanic, et Spike Island, une île magnifique qui accueille un site monastique du VIIème siècle. Après avoir visité ces deux endroits, pour moi importants dans l’histoire de l’Irlande, je me suis sentie un peu plus comme une vraie Irlandaise. Moi, qui suis d’origine portugaise ! Construire quelque chose en commun avec des personnes d’autres pays, qui ont d’autres cultures ou d’autres habitudes me semble très important. Cela devrait être un bonheur total pour tout le monde d’apprendre un peu plus chaque jour à propos d’autre personnes !

Ce qui m’a aussi aidée à me sentir chez moi, c’est que j’ai créé des liens très forts avec le couple de ma famille d’accueil. Parfois, j’étais au plus bas moralement, mais ils ont toujours su trouver les mots pour me remonter le moral. À Noël, j’ai même été invitée dans leur famille à Ballina, dans le nord de l’Irlande. Aujourd’hui, je les considère comme ma deuxième famille. J’ai gardé contact avec eux, je les appelle régulièrement et ils sont même venus à Bordeaux il y a quelques semaines. C’était comme si on échangeait nos rôles. J’étais leur famille d’accueil et je leur faisais découvrir ma belle ville.

Des liens comme ceux que j’ai créés en Irlande, ça vous marque pour la vie. J’espère que dans quelques années, je pourrai retourner la-bas, cette fois-ci pour y travailler en tant que coiffeuse confirmée.

Témoignage paru sur le site web de la ZEP, et sur Le Monde Campus (pour évoquer les différentes voies d’orientation).

Autres témoignages

Promotion 2021-2022

Promotion 2021-2022

LA VIE EN STAGE : LES TÉMOIGNAGESPromotion 2021-2022 Retrouvez ici les témoignages collectés auprès de nos apprenants au cours de leur mobilité européenne : leur ressenti sur ce stage en Europe ; leur vie dans le pays d'accueil ; l'adaptation à la culture et aux...

La vie après la mobilité

La vie après la mobilité

LA VIE APRÈS LA FCIL-AQUITAPROUn stage de longue durée en Europe a une influence durable sur le parcours de nos participants. Retrouvez ici les témoignages de nos anciens participants pour découvrir l'impact de ce stage en Europe sur leur vie : que deviennent-ils...

Promotion 2020-2021

Promotion 2020-2021

LA VIE EN STAGE : LES TÉMOIGNAGESPromotion 2020-2021Tous les témoignages récoltés auprès de nos participants au cours de leur mobilité européenne : leur ressenti sur ce stage en Europe ; leur vie dans le pays d'accueil ; les éventuelles difficultés rencontrées dans...